Nous avons été alertés dans la journée que le Front de Gauche avait annoncé son volonté de porter plainte pour diffamation, suite à l'agression dont notre militant a été victime samedi 1er décembre sur le marché de Billancourt, 

La candidate Mme Le Lénouannic a même eu le culot de remettre en cause le diagnostic du médecin ayant pris en charge notre militant, et de contester les différents témoignages concordant concernant cette agression.

"Les faits rapportés ne correspondent absolument pas à ce que les nombreux témoins ont vu. Le militant du FN est tombé et sa tête a heurté le sol. Personne n’a vu de coup porté à la tête. Par ailleurs, nous nous interrogeons beaucoup sur l’identité de ces agresseurs et la façon dont cet incident a été aussitôt relayé et amplifié par la presse d’extrême-droite. Nous sommes par ailleurs surpris que ces faits se soient produits à l’occasion de la visite de Wallerand de Saint Just, membre du bureau exécutif du FN."

Il va de soit que cette position est abjecte, mais que nous n'en attendions pas moins de ce parti, dont Jean  Luc Mélenchon, son responsable,  a fait de Marine le Pen l'alpha et l'oméga de son positionnement politique, et qui n'a cessé durant toute l'année 2012 de déverser son fiel tant aux présidentielles qu'aux législatives, avec le résultat que l'on connait.

Nous tenons à rappeler qu'à aucun moment nous n'avons laissé sous-entendre que les militants du Front de Gauche étaient à l'origine de ces agressions. Nous avons en revanche été choqués de la réaction des militants du FDG présents sur place (dont les militants présents sur le marché d'Antony nous ont confié qu'ils avaient été "rabroués" en interne).

En revanche dans son communiqué Mme Le Lénouannic rappelle que "les menaces anonymes, les arrachages d’affiches sur les panneaux électoraux officiels comme les dénonciations calomnieuses donnent et donneront lieu de notre part à dépôt de plainte."

Manque de chance pour le FDG, ces pratiques ne font pas partie de notre culture politique, en revanche, force est de constater que le Front de Gauche pratique la détérioration des nos panneaux électoraux, comme nous avons pu le relever hier à Sceaux.

fdg 2

fdg

 

Nous prenons à la lettre le conseil de Mme Le Lénouannic concernant la détérioration de nos panneaux électoraux par le FDG, et annonçons par la présente que nous allons déposer une plainte pour cette pratique qui n'honore pas leurs auteurs, et que Mme Le Lénouannic aura du mal à contester.

Rappel de la loi 

Article 17 de la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse 
Ceux qui auront enlevé, déchiré, recouvert ou altéré par un procédé quelconque, de manière à les travestir ou à les rendre illisibles, les affiches apposées par ordre de l'Administration dans les emplacements à ce réservés, seront punis de l'amende prévue pour les contraventions de la 3° classe.
Si le fait a été commis par un fonctionnaire ou un agent de l'autorité publique, la peine sera de l'amende prévue pour les contraventions de la 4° classe.
Seront punis de l'amende prévue pour les contraventions de la 3° classe ceux qui auront enlevé, déchiré, recouvert ou altéré par un procédé quelconque, de manière à les travestir ou à les rendre illisibles, des affiches électorales émanant de simples particuliers, apposées ailleurs que sur les propriétés de ceux qui auront commis cette lacération ou altération.
La peine sera de l'amende prévue pour les contraventions de la 4° classe, si le fait a été commis par un fonctionnaire ou agent de l'autorité publique, à moins que les affiches n'aient été apposées dans les emplacements réservés par l'article 15.